Vos Interprétations des anachronismes dans Antigone

Vos Interprétations des anachronismes dans Antigone

 

Il y a beaucoup d’anachronismes dans cette pièce. Je pense que, pour moi, les trois anachronismes les plus importants sont les cartes, la pelle, et la ceinture.

Premièrement, j’ai choisi les cartes. La première scène est ouverte par les gardes qui jouent aux cartes. Au niveau littéral, les cartes montrent que les gardes n’ont pas grand-chose à faire, ils peuvent jouer aux cartes sans être interrompu. Mais, au niveau plus important, Jean Anouilh a choisi les cartes parce que ce sont des objets qui ne sont pas précis pour l’époque. Je pense que c’est important parce que les cartes montrent l’idée que cette pièce n’est pas véritable. Les cartes renforcent cette idée pour les spectateurs et pour les lecteurs. Cet anachronisme force les spectateurs à mettre en doute la validité de tout le reste de la pièce.

Le deuxième anachronisme que j’ai choisi, c’est la pelle de Polynice. La pelle est la chose qui joint Antigone avec son frère. Elle se souvient d’un temps sur la plage où ils ont fait des châteaux de sable. Mais, comme la pelle n’est pas vraie pour cette époque, les souvenirs qu’Antigone a de son frère ne sont pas exacts. Elle ne connaît pas vraiment son frère, et la pelle représente ce fait. Mais, aussi il y a l’idée que comme la pelle n’est pas ce qu’Antigone pense (parce qu’elle ne connaît pas son frère vraiment), le cadavre de son frère n’est pas ce qu’elle pense non plus. Nous découvrons que le cadavre est peut-être Polynice ou peut-être Etéocle. Alors, maintenant, elle doit douter de ses pensées de Polynice et de ce qu’elle a fait pour le cadavre. La pelle est un symbole de tous ses doutes, et de tout qu’elle a pensé avant de savoir la vérité.

Finalement, j’ai choisi la ceinture. Premièrement, je dois parler des couleurs dans sa ceinture. Ça renforce l’idée qu’elle est encore une enfant. La ceinture est aussi un peu ironique parce que les couleurs dans la ceinture sont très vivantes et heureux et c’est ce qu’elle a choisi pour l’outil de se tuer. La ceinture renforce l’idée pour les spectateurs que c’est seulement une pièce, et en réalité, la personne que nous connaissons d’être Antigone est seulement une actrice dans un rôle et ce n’est pas son vrai jour de mourir. Il y a un autre niveau d’ironie avec la ceinture dont je veux parler. Si la ceinture n’a été pas là, Antigone n’a pu pas se pendre et peut-être Hémon peut la sauver. Le destin d’Antigone a été changé à cause de la présence de cet anachronisme, et je pense qu’Anouilh sait ce qu’il a fait avec l’inclusion de la ceinture.

De toute façon, les anachronismes dans cette pièce jouent les rôles très subtils, mais aussi essentiels. Les anachronismes renforcent l’idée que les spectateurs et les lecteurs doivent se dégager un peu de cette pièce, parce qu’ils ont besoin de savoir que c’est seulement une pièce. A mon avis, Jean Anouilh veut que nous ne soyons pas très tristes envers cette pièce, il veut que nous voyions la grande idée de l’honneur et pas seulement la tristesse d’une tragédie. Il utilise les anachronismes pour aider les spectateurs à comprendre.

 


 

« C’est devenu une carte postale, » Anouilh (134). La nourrice demande à Antigone où elle est allée pendant la première nuit de la pièce. Peut-être dans la pièce originale, Sophocle a écrit que Antigone trouvait la nuit comme une peinture ou quelque chose comme ça. Une peinture noire et grise, bien sûre, parce que Antigone pense que ces couleurs sont si belles. Elle dit que le jaune vert et le rose sont trop voyants, comme une carte postale. Pour elle, tout est maintenant mauvais. Tout ce que elle voit est gris. Elle voit la mort partout. Pourquoi est-ce qu’Anouilh l'y a mis, cette carte postale ? Probablement il voulait nous dire à quel siècle cette histoire a été produit, puisque le choeur ne nous a pas dit plus tôt.

Antigone (à la nourrice) : «Va nous faire du café. Je voudrais bien un peu de café, s’il te plaît, nounou. Cela me ferait du bien » (138-9). Je doute que les Grecs anciens aient eu du café. Je doute même qu’ils aient eu du thé. Je ne sais pas quelle sorte de boisson chaude ils buvaient. Mais le café, c'est quelque chose qu’Anouilh a employé pour nous inciter à identifier avec les personnages. Il est comme les cigarettes en des films modernes. Il ajoute un élément humaniste à ce qui se produit.

« [Les gardes] se sont installés sur un banc, leur litre de rouge à coté d’eux, leur chapeau sur la nuque, et ils ont commencé une partie de cartes » 207. Je ne suis pas certain si cette dernière phrase est un vrai anachronisme ou non. Peut-être les Grecs anciens avaient des jeux de carte. Je sais que l’histoire des jeux de carte commence longtemps avant la période médiévale. Mais ensuite le plus de gens aujourd’hui considèrent les cartes un jeu moderne, et cela est pourquoi Anouilh a utilisé le jeu. Il voulait montrer l'indifférence des soldats à ce qui se produisait autour d'elles. Ils sont engourdis. Je crois il a voulu que nous pensassent aux gardes qui ne remettent jamais en cause leurs ordres. Les Nazis sont venus à l’esprit.

 


 

Anouilh situe l’action de cette pièce délibérément en Grèce, mais souvent avec les petits indices qui nous indiquent que Anouilh a écrit cette pièce dans une époque plus moderne. La pièce était écrite et se jouait pendant l’invasion des Nazis pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Il utilise les anachronismes dans cette pièce pour donner à ses spectateurs une pièce avec laquelle ils peuvent s’identifier.

Evidemment les cartes n’existait pas à l’époque de Sophocle. Anouilh traite les gardes dans une manière très familiale. Dans une tragédie classique, on ne verra jamais des gardes qui parlent entre eux ou qui font quelque chose en outre de rester debout, tout droit avec les casques et leurs armes. Au début, ils jouent aux cartes. Ils ne voient pas Antigone parce qu’ils sont trop occupés dans leurs jeu. Après, ils font leur travail, mais à la fin, ils retournent à leur jeu comme rien ne s’est passé.

Les gardes ont une vie privée aussi. C’est inconnu dans une pièce classique. Ils ont une famille et en plus, ils peuvent parler d’elle. La scène entre Antigone et le Garde où il parle de sa famille, n’aurait jamais passe autrefois. Dans le prologue, le narrateur nous dit que les gardes ont des vies et des familles comme le reste du monde. C’était peut-être fais donc pour que les Nazis laissent la pièce tourner au théâtre pendant leur occupation. Il fallait que Anouilh donne une vision plus humaine des Nazis.

Il y a aussi l’inclusion des expressions familières qui ne se trouveront jamais dans une pièce classique de Sophocle. Ces expressions sont trouvées le plus entre les gardes et la nourrice, et ils donnent l’idée de la vulgarité ou leur station de vie. Par exemple, la nourrice n’utilise que des expressions familières quand elle parle avec Antigone ; ‘Toi, c’est ce qui te passe par la tête.’ Cela est très familier. Mais ces expressions sont utilisées autrement, aussi. A la fin, le Chœur dit à propos du garde, ‘C’est pas leurs oignons.’ Celles-là, et plusieurs autres expressions nous donnent l’idée d’une vie simple ; comme la vie des spectateurs de cette pièce.

L’usage des anachronismes d’Anouilh est important pour ses spectateurs et aussi pour ceux qui les contrôlent pendant cette époque. Les Nazis n’auraient pas laissé tourner cette pièce si Anouilh n’avait pas peint les gardes dans une manière plus humaine que Sophocle. Les spectateurs auraient voulu une pièce qui était plus à leur niveau ; pas comme les œuvres classique de Sophocle. Ils voulaient le thème classique qui est suggéré par Antigone, mais avec un langage et un esprit plus moderne.

 


 

Il y a plusieurs anachronismes dans l’histoire d’Antigone. Ce sont des mots qui sont mal écrits ou des objets qui n’existent pas dans l’époque que l’histoire a lieu. Le premier exemple est au début où les hommes jouent aux cartes. Cette scène est le premier paragraphe de l’histoire, et il nous donne une description de l'environnement. Il n’y a pas beaucoup de détails, seulement que le décor était neutre et des quelques autres descriptions. Il reste beaucoup pour l’imagination. Le seul problème avec cette scène, est que dans cette époque-là, il n’y a pas de cartes! Peut-être Anouilh fait ça pour décrire la scène assez sérieuse. Il dit aussi des cartes à la fin d’histoire, les gardes jouent encore aux cartes. Je crois que c’est pour expliquer les vies des gardes. Ils ne prennent pas leurs travaux très sérieusement. Je pense qu’ils sont des lâches et qu’ils sont paresseux. Et cela est pourquoi ils ne semblent pas soigner que les gens sont morts – ils jouent aux cartes.

Un autre anachronisme que j’ai lu était la carte postale. Antigone parle de la nuit et comment le ciel est tout gris et triste. Elle dit à la nourrice, <<Maintenant, tu ne peux pas savoir, tout est déjà rose, jaune, vert. >> Quand ce théâtre a lieu, il n’existe pas de cartes postales. Je pense qu’Anouilh fait ça pour accentuer le malheur d’Antigone. Pour nous la lire aujourd’hui, nous avons une meilleure compréhension avec des mots que nous comprenons. Mais, il aurait pu utiliser d'autres mots de ce temps-là. Un tableau, peut-être?

Le troisième anachronisme que j’ai lu était la scène où Créon parle du frère d’Antigone. Il dit qu’il était un mauvais homme, <<une petite brute tout juste bonne à aller plus vite que les autres avec ses voitures…>> Bien sûr, il n’y a pas de voitures ! Pour être honnête, je ne comprends pas ceci complètement. Je pense que cette phrase explique la signification de la mauvaise qualité du frère d’Antigone. Je crois qu’il a essayé toujours d’être le meilleur, le plus vite, et le plus intelligent. C’est comme les hommes aujourd’hui qui conduit trop vite dans leurs voitures pour l’attention. Ils veulent être le plus courageux. Le frère d’Antigone était pareil, et c’est pour ça que Créon pense qu’il est mort.

 


 

"Antigone" a plusieurs exemples des anachronismes partout dans la pièce. Un anachronisme est une personne, une chose ou un événement qui est placé dans une période de temps où il n’appartient pas. Je crois que l’usage des anachronismes dans cette pièce est un peu sarcastique. C’est amusant de lire une histoire et trouver un mot qui est « bizarre » dans le contexte. Bien qu’il y ait beaucoup, je n’ai que choisi trois exemples d’anachronismes utilisés dans le texte; une carte postale, les cigarettes, et les cartes.

A la première partie de la pièce on peut trouver la phrase, « Une carte postale ». Antigone décrit sa promenade dans le jardin. Elle décrit les fleurs et les couleurs. Maintenant, c’est facile de penser à une carte postale avec les couleurs brillantes et les fleurs, mais je doute qu’il y ait les cartes postales dans cette époque. Même s’il y a des cartes postales, qui les distribuerait ? Et combien de temps prendra-t-il pour envoyer les cartes postales. Aussi, avec l’idée des cartes postales, il y a des idées des vacances, des congés de travail, les machines qui fabriquent les cartes postales, le tourisme, et l’économie. La raison pour laquelle on veut envoyer une carte postale est de partager une partie des vacances avec quelqu’un d’autre. Je sais que je ne fais pas une promenade dans le jardin et envoie une carte postale à tous mes amis. La première raison pour laquelle je ne le fais pas c’est parce que la plupart des jardins manquent les magasins touristiques où on peut acheter une carte postale, et l’autre raison c’est parce que tout le monde peut faire une promenade dans le jardin, mais avec les vacances, tout le monde ne peut pas aller partout en vacances. Il y a une allusion de sarcasme dans la phrase qu’Antigone a dit. Si quelqu’un veut voir les couleurs, on peut aller dehors et les voir, n’importe quand.

Au milieu de la pièce, il y a un autre anachronisme avec les cigarettes. A la page 87, Créon dit « Et, dans un coin du bureau, Polynice, ricanant, qui allumait une cigarette. » Je ne crois pas qu’il y avait des cigarettes dans cette époque. Peut-être il y avait quelque chose à fumer, mais quand je lis cette partie, dans ma tête je vois une petite boite de cigarettes comme nous voyons chaque jour. Ca c’est un anachronisme parce que c’est une autre fois qu’on doit penser d’autres idées comme, qui fabrique les cigarettes ? Où peut-on les acheter? Est-ce que Thèbes a le temps et l’habilité agriculturale de cultiver le tabac? Je le doute. Aussi, est-ce qu’il y a des problèmes avec le cancer? Probablement pas, parce que tout le monde ne sait pas encore le cancer. Est-ce que l’événement de fumer est une activité de loisir comme maintenant ? Cet anachronisme ajoute un ton sarcastique parce qu’on ne pense pas au contexte de ce mot, c’est un peu trompeur.

Le troisième anachronisme est les cartes. A la page 123, le choeur dit «Ils continuent à jouer aux cartes.» Les cartes étaient inventées presque 1000 A.D. en la Chine. Cette pièce était créée par Sophocles en 442 B.C. Les deux dates sont très différentes. Mais la date quand Anouilh l’a écrite, c’était 1944. Il y a des cartes dans cette époque, mais pas dans l’époque de Sophocles. Il a changé quelques mots partout la pièce comme ça. Peut-être Anouilh veut que ses lecteurs établissent un rapport avec les personnages.

Parfois, les anachronismes sont des erreurs, mais je crois qu’Anouilh a su exactement ce qu’il faisait. Les anachronismes ajoutent quelque chose d'amusant à la pièce. Ils ajoutent un sens de la comédie et le sarcasme. Aussi, peut-être Anouilh a ajouté ces choses de sa vie. Il pouvait utiliser les choses qu’il aime bien comme les cartes postales, peut-être il fume, et il peut aimer bien jouer aux cartes. Je ne sais pas. Finalement, les anachronismes font les lecteurs penser aux situations qui sont présentées dans la pièce. « Est-ce que c’est vrai? « Pourquoi est-ce qu’il y a une carte postale dans cette scène?».

 


 

1. le café – ANTIGONE et LA NOURRICE
Laisse-nous, nourrice. Il ne fait pas froid, je t’assure ; c’est déjà l’été. Va nous faire du café. (Elle s’est assise, soudain fatiguée.) Je voudrais bien un peu de café, s’il te plaît, nounou. Cela me ferait du bien…

C’est subtil, quand elle mentionne le café ici. J’ai choisi cette référence parce que je n’étais pas certaine si le café existait en Grèce Ancienne. En effet, je n’en suis pas certaine non plus, et donc j’ai cherché la réponse sur l’Internet. J’ai trouvé juste qu’il n’y avait qu’une trace de son existence dans la période de Homer, et il a appelé le café « une boisson noire et amère mystérieuse avec la puissance de la stimulation. » Néanmoins, les mots « va nous faire du café » n’étaient pas probablement populaires alors. Cependant, les spectateurs d’Anouilh ont pu se relier facilement de l’envie de la caféine quand on n’a pas dormi bien. Mais d’ailleurs, je pense que cet anachronisme existe en partie afin d’avoir la nourrice partir de la scène.

2. les fusils -- CRÉON, ANTIGONE, et LE GARDE
Un enfant[…] Un vrai petit garçon pâle qui crachera devant mes fusils…

Cela ne serait pas croyable sans les fusils, dans mon opinion. Comme l’histoire est presque située dans le présent d’Anouilh, probablement, avec les anachronismes ici et ailleurs, c’aurait semblé stupide d’avoir les gardes armés avec des arcs et des flèches.

3. le film -- le monologue du CHŒUR
Et voilà…et on dirait un film dont le son s’est enrayé, toutes ces bouches ouvertes dont il ne sort rien…

Cet anachronisme existe pour être une métaphore ; pour nous donner une image comme le calme avant l’orage, et aussi pour renforcer l’idée du silence complet. Aussi, dans l’enfance de Jean Anouilh, il n’y avait que, pour la plupart, les films silencieux, et le thème de l’enfance est répété dans le dialogue souvent. Bien qu’il parle d’un film avec le bruit, il est sur le bord du retour de nouveau au silence, juste comme plusieurs personnages (spécifiquement Antigone et Hémon) sont sur le bord du retour de nouveau à leurs enfances.

Tous les anachronismes dans cette pièce sont en conflit avec l’intrigue et l’histoire d’Œdipe, mais c’est leur rôle. Ils font les spectateurs penser à l’idée que, quoique l’histoire soit désuète, les thèmes sont toujours applicables. Les tragédies existent maintenant aussi, peut-être dans l’emballage différent, mais ils existent néanmoins. Les anachronismes sont des petits rappels qui relient les spectateurs éloignés.

 


 

Dans la pièce, Antigone, Jean Anouilh utilise des anachronismes pour montrer que l’histoire d’Antigone a des morales et des thèmes qui s'appliquent pendant l’époque d’ancienne Grèce, mais aussi aujourd’hui. Les anachronisme spécifiques qu’on peut remarquer sont des cartes, des cigarettes, et la carte postale.

Au début de la pièce, on a des gardes qui jouent aux cartes. On a la même chose à la fin de la pièce aussi. Voilà le premier anachronisme. En plus, à la page quatorze, Antigone utilise une carte postale comme une comparaison. « Maintenant, tu ne peux pas savoir, tout est déjà rose, jaune, vert. C’est devenu une carte postale. » Et finalement, pour le troisième anachronisme, on a des cigarettes. A la page quatre-vingt sept, quand Créon décrit Polynice il dit, « Et, dans un coin du bureau, Polynice, ricanant, qui allumait une cigarette. » Aussi, on peut dire que des actions de la femme de Créon deviennent un anachronisme. Pour toute la pièce, elle tricote. Je crois que pendant l’époque d’Antigone, on n’a pas eu des choses pour tricoter, donc, ce serait un autre anachronisme.

À mon avis, des anachronismes ont une fonction significative. Quand Anouilh utilise des anachronismes, on peut voir que des thèmes d’Antigone sont universels pour tous les époques. L’idée d’amour, l’idée de la gloire, l’idée de la loyauté—tous sont des thèmes qui existent pour tous les temps. Parce que l’histoire d’Antigone et un peu incroyable avec l’inceste et un roi qui tue la fiancée de son fils, Anouilh utilise des anachronismes pour montrer que malgré des choses bizarres dans l’intrigue, des thèmes existent toujours. Si des spectateurs peuvent voir des anachronismes, peut-être ils vont oublier que l’histoire de la pièce et très vieille, et concentrer sûr des thèmes.

Bref, des anachronismes sont là pour une raison, pas par hasard. Ils ajoutent une ambiance plus moderne qui aide à établir un rapport entre les spectateurs et la pièce.

 


 

Il y a beaucoup d’anachronismes dans Antigone. Il y a plus de deux mille ans depuis l’écrivain originaire, Sophocle, écrivait cette pièce pour la première fois. Anouilh a traduit Antigone en français moderne pendant la deuxième guerre du monde, dans un temps très diffèrent que l’original. En effet, quand Anouilh a mis Antigone dans notre temps, il a inclus, de temps en temps, les choses modernes qui n’existent pas dans le temps de Sophocle. Les anachronismes jouent un rôle important dans cette pièce parce que, la pièce originale était écrite pour les spectateurs de ce temps-la, et pour les spectateurs contemporains de comprendre la pièce dans le même sens, il est nécessaire d’employer les chose modernes qui suggèrent une humeur et mettent la pièce en contexte. J’ai trouvé trois exemples dans Antigone j'explique leurs rôles.

Le premier exemple est quand Antigone a parlé avec le garde avant qu’elle soit tuée. Elle a posé des questions de la vie du garde, et il a répondu de ses positions qu’il avait eu dans sa vie. Les niveau dont il a parlé de n’existe pas dans la militaire du temps de Sophocle. Pour comprendre la vie, et l’importance de la vie du garde, Anouilh a mis son rôle dans la militaire dans un contexte moderne pour ses spectateurs de comprendre.

Le deuxième exemple est la description des vêtements qu'Antigone a portés. Elle s’est tuée avec sa ceinture. Le ceinture qui elle a portée n’est pas une chose typiquement une partie pour les fille du temps de Sophocle. Mais, pour comprendre sa mort, il faut comprendre le drame de son suicide et il est nécessaire de savoir que elle s’est tuée avec sa ceinture personnelle. Dans notre société, pour une personne de se tuer par la pendaison, c’est très horrible.

Le troisième exemple est à la fin de la pièce quand les gardes commençaient à jouer aux cartes. Antigone, Hémon, et l’épouse d’ Créon sont morts mais avec tout ça, il est nécessaire que Créon continue sa vie comme si tout est normal. Créon est le roi, et le roi ne peut pas faire le commerce bien s'il est touché par la mort de sa famille. La pièce a commencé avec les gens qui jouent aux cartes quand tout était tranquille, le jeux à la fin représente la même chose, la vie du roi et des gardes est normale en dépit des mauvaises choses. Pour comprendre la mentalité des personnages Anouilh a place des cartes, un jeux moderne, dans la pièce.

 


 

Dans la pièce Antigone il y a beaucoup d'anachronismes qui donnent quelque fois à la pièce. Les objets des anachronismes ajoutent un autre thème moderne avec le grand thème ancien dans la pièce.

Au départ et la fin de la pièce les spectateurs voient tous les personnages jouer aux cartes. Il n’y a pas des cartes en Grèce ancienne mais cette action est symbolique et ajoute au thème de la pièce. Jouer aux cartes est symbolique dans le contexte de la pièce. Les cartes soulignent le thème de la destinée et le sort. Quelque fois on joue aux cartes on ne peut pas changer les cartes qu’ils ont donné. Antigone ne peut pas changer sa famille et comment elle mourra. C’est destiné qu'Antigone va mourir. Aussi les cartes sont symboliques de la façon dont Antigone joue avec Créon et ses idées de bonheur. Les cartes jouent avec l'idée que la vie est par chance ou destinée.

Un autre anachronisme dans la pièce qui donne un thème moderne est les cigarettes, voiture, et bar. Dans la pièce Créon a dit à Antigone au sujet de son frère Polynice, <un petit carnassier dur et sans âme, une petite brute tout juste bonne à aller plus vite que les autres avec ses voitures, à dépenser plus d’argent dans les bars > Dans ce discours Créon a dit des attributs de Polynice. Les cigarettes, les voitures rapides, et les bars sont symboliques des éléments d'une jeunesse délinquante. Anouilh donne ces images modernes pour aider les spectateurs à voir comment Créon voit Polynice comme mauvais. Ces anachronismes aident avec comment Créon voit Polynice et ajoute l’idée de jeunesse délinquante.

Les anachronismes dans la pièce sont symboliques avec l’intrigue et donnent un autre thème moderne aux grandes thèmes.

 


 

En un jour, une jeune fille s’est pendue avec sa ceinture, son amant s’est tué avec son épée, et la reine s’est tuée avec ses aiguilles de tricotage. Après toute la tragédie, qu’est-ce que les gardes du château où ils habitaient ont fait ? Ils ont commencé une partie de cartes, complet avec le vin rouge.

Cette fête n’est pas très polie, mais aussi, ce n’est pas consistant avec l’époque de la pièce ! Les grecques d’antiquité n’ont pas joué aux cartes. Cette un exemple d’un anachronisme, quelque chose dans une oeuvre, dans ce cas une pièce, qui n’existait pas dans l’époque historique.

Antigone de Jean Anouilh a été présentée en 1944, et la représentation était un mélange d’antiquité et modernité. Le jeu de cartes était un exemple d’un anachronisme, mais il y avait aussi une référence aux cigarettes, et une référence à une pelle de fer (pour les châteaux de sable.)

En général, les anachronismes peuvent donner quelque relevance à une histoire classique. Probablement, les spectateurs de 1944 ont pu comprendre mieux l’intrigue avec les aspects de modernité ; et, avec les anachronismes on peut compatir mieux avec les personnages.

Ils ont les fonctions spécifiques dans la pièce aussi, ils peuvent renforcer les émotions et peuvent expliquer les actions des personnages dans une façon familière. Quand les gardes ont joué aux cartes, les spectateurs peuvent comprendre qu’après les tragédies horribles, tout le monde va continuer. La réaction de Créon semble apathique, mais pour lui c’était le meilleur choix.

Les cigarettes sont mentionnées quand Créon a expliqué à Antigone que ses frères n’étaient pas des anges. Ils ont fumé les cigarettes et dépensé trop d’argent aux bars. Les spectateurs peuvent mieux comprendre leur caractère avec ces descriptions.

La référence à la pelle de fer a humanisé Antigone, parce qu’elle a évoqué une image d’enfance, d’innocence et de la famille. C’est ironique qu’elle ait utilisé cet objet enfantin pour faire un « crime » et l’image a influencé l’opinion du spectateur envers l’innocence ou la culpabilité.

 


 

Le premier anachronisme dans Antigone est les trois gardes qui jouent aux cartes dans le prologue. Anouilh utilise ces cartes pour dire que les gardes ne sont pas les gens parfaits même s'ils ont les familles et les enfants. On peut les regarder comme les gendarmes dans la Deuxième Guerre Mondiale. Bien qu’ils aient les familles et qu' ils fassent leur métiers, ils ne sont pas innocents – ils sont corrompus.

Un autre anachronisme est quand Antigone est trouvée par la nourrice le matin. Elle dit que, « C’est devenu une carte postale. » On sait bien que les cartes postales n’existent pas à cette époque. Pourquoi Anouilh l’a-t-il utilisé ? A mon avis, c’est pour attirer l’attention de l’audience sur ce qu'elle dit. C’est évident qu’elle dit des mensonges.

Quand Créon parle à Antigone de ses frères, il lui dit que ses frères fumaient les cigarettes. Encore, il n’y avait pas des cigarettes dans cette époque. Peut-être c’est un autre mensonge, mais sinon, peut-être c’est pour montrer qu’ils étaient mauvais aussi.

Pour tous ces anachronismes, ils sont utilisés pour des choses qui sont mauvaises. Anouilh pouvait les utiliser parce qu’il croit que l’époque où il vit est mauvaise. Il voit les choses modernes mauvaises et veut rentrer à une autre époque, où les choses ne sont pas difficiles et compliquées.

 


 

Dans la pièce Antigone, on peut trouver plusieurs anachronismes qui se sont cachés partout. Je crois que ceux-ci, ils ont des rôles différents en formation d’une pièce comme celle-ci. Les trois anachronismes aux pages 9, 63, 87, et 123, sont ceux que je pense sont les plus intéressants. Le premier a deux scènes différentes, au début et à la fin de la pièce.

À la page 9, la pièce commence avec tous les personnages jouant aux cartes à une fête chez Créon, le roi. À la page 123, les gardes finissent la pièce par jouer aux cartes. Mais l’action d’avoir le jeu et jouer aux cartes est bizarre parce que en Grèce ancienne, le peuple n’avait pas de jeux de cartes. Cela c’est plus comme aujourd’hui, mais pas pour le temps avant Jésus Christ. De plus, ils n’avaient pas de papier à faire des cartes pour jouer des jeux. En ce temps-là, d’habitude de la pierre ou du métal étaient utilisés au lieu du papier. Alors, c’est amusant que les personnages dans cette histoire jouent aux cartes comme s’ils sont dans un temps plus moderne.

Le deuxième anachronisme intéressant que j’aime se trouve à la page 63, mais il est mentionné d’abord à la page 50. Sur cette page là, le garde dit à Créon qu’il a trouvé une petite pelle d’enfant près d’où le cadavre était situé. Et puis plus tard, (page 63), Antigone explique à Créon que c’est l’ancienne pelle de fer de Polynice. Antigone et lui, ils l’utilisaient pendant leurs vacances quand toute la famille allait à la plage. Les deux enfants y construisaient les châteaux de sable. Cette pelle est sans doute un anachronisme car en ce temps là, je crois, les pelles n’existaient pas. Même s’ils existaient, les enfants ne faisaient probablement pas de châteaux de sables parce que les châteaux venaient beaucoup plus tard, et en Grèce ancienne, les rois vivaient dans des palais. En plus, l'acte de faire des châteaux de sable est plus populaire en le temps plus moderne (environ le 18ème ou 19ème siècles) qu'en Grèce ancienne.

À la page 85 et 87, il y a des anachronismes qui s’associent. À la page 85, Créon parle avec Antigone du passé : « Elle a dû admirer ses frères avec leurs premières cigarettes, leurs premiers pantalons longs ; et ils ont commencé à sortir le soir. » Plus tard, il parle de Polynice et comment : « Il était une petite brute tout juste bon à aller plus vite que les autres avec ses voitures, à dépenser plus d’argent dans les bars, et une fois ton père venait de lui refuser une grosse somme qu’il avait perdue au jeu. » Toutes ces choses sont ce que la plupart des jeunes font à présent : des gens après le temps de la Grèce ancienne fument des cigarettes ; ils portent des pantalons longs ; et ils jouent aux jeux de cartes. Les jeunes ne faisaient pas ces choses en ce temps-là. En plus de cela, les voitures n’existent que depuis environ 1900 après Jésus Christ. En Grèce ancienne, aussi, les hommes portaient des vêtements comme les robes et il n’y avait pas de technologie pour faire des choses comme les cigarettes. Donc, il n’y avait pas de cigarettes à fumer ou des bars auxquels le peuple pouvait aller. Les hommes et les femmes travaillent beaucoup à survivre dans un monde très dur.

Je crois qu'avec ces anachronismes dans la pièce, l’histoire est irréaliste. Ils sont déplacés avec le reste de la pièce : le décor, le conflit, les personnages, et le temps. Pourtant, les anachronismes donnent un effet comique. Quand on commence à lire une pièce comme Antigone (qui a lieu dans un temps et pays comme la Grèce Ancienne), on ne s’attend pas à lire des personnages faisant les choses qu’ils font et ayant les choses qu’ils ont. Antigone, c’est une histoire tragique et avec ces choses, il y a un sens de l’humour à l’intérieur car toutes les choses devraient être sérieuses. Mais combien sérieuse peut être une tragédie avec des phrases qui parlent soudain des choses déplacées ? Par exemple, au début Antigone parle de la nuit étant comme une carte postale. Une carte postale n’est pas logique avec le reste du temps et du lieu car de la technologie dont on a besoin pour les faire n’existait pas à ce moment-là.

Une autre fonction que les anachronismes donnent, c’est qu’ils joignent le temps de la Grèce Ancienne et le temps du présent pour que cette ancienne vie puisse être comprise par les lecteurs. Si on ne comprend pas beaucoup des anciens grecs, il peut être difficile à comprendre surtout si la pièce parle de quelque chose de spécifique. Par exemple, si Anouilh a écrit d’un jeu populaire de la Grèce ancienne au lieu des scènes de jouer aux cartes, des lecteurs ne peuvent pas savoir ce dont il parle. En outre, s’il parle des vêtements spécifiques de la Grèce ancienne au lieu des pantalons longs (page 85), des lecteurs peuvent être confondus.

De plus, les anachronismes ont aussi la fonction de donner à la pièce d’un coup de théâtre moderne pour que les lecteurs (et spectateurs) puissent entretenir des rapports avec ce qui se passe dans l’histoire. Un exemple de cela est quand le garde parle avec Antigone de la guerre qu’il combattait. Je crois qu’il décrit une guerre du 20ème siècle. Pendant que cette pièce était écrite, la deuxième guerre mondiale se passait. Les lecteurs à ce moment-là pouvaient entretenir des rapports avec cette guerre. Alors, je crois que c’est pourquoi peut-être qu’Anouilh a écrit des choses toutes modernes dans Antigone : pour que les gens qui la lisent puissent la comprendre.

En conclusion, toutes ces choses rendent Antigone une histoire intéressante et amusante à lire et à connaître.

 


 

Les anachronismes dans Antigone, écrit par Jean Anouilh, sont assez cachés dans la pièce, mais ils sont importants dans la satire de la deuxième guerre mondiale qu'Anouilh essaie de communiquer aux auditeurs. Il y avait trois anachronismes qui m’ont surpris. Le premier anachronisme est quand le garde parle avec Créon quand ils ont trouvé Antigone près du cadavre. Le garde dit, <<ça tremblait comme de la gélatine.>> La gélatine n’était pas produite commercialement avant le 19ième siècle — pas au temps anciens. Le deuxième anachronisme qui est important est quand Créon dit à Antigone, <<tu as dû les admirer avec leurs premières cigarettes...>> quand il parle de ses frères. Des gens au temps de Sophocles ne fument pas des cigarettes, je pense. Le troisième anachronisme qui joue un rôle dans la pièce est quand au début et à la fin, le chœur parle des gardes qui jouent aux cartes. Je sais qu’il doit y avoir des méthodes de passer le temps, mais à ce temps-là, les cartes n’existent pas.

Les anachronismes sont importants, parce que les lecteurs et les auditeurs peuvent penser à des choses qui sont près de leur vie et puis ils pensent à maintenant, quand Anouilh a publié la pièce. C’était 1947, et les français sont récemment libres des Nazis. Il satirise la lutte contre les Nazis et les Résistants français — le conflit contre la loi humaine et la loi divine. S’il n’y a pas d'anachronismes, on pense probablement seulement aux problèmes anciens, mais avec les anachronismes, on pense aux problèmes plus contemporaines, et la satire de Jean Anouilh aura plus de succès.

 


 

Au début de cette pièce, je lisais et tout à coup, j’ai lu une partie d’une carte postale. Je me suis demandé, ‘une carte postale, ce n’est pas une chose du temps de la Grèce Ancienne. C’est moderne.’ Mais pourquoi est-ce que la pièce d’Antigone utilise un sujet moderne comme celui-ci pour décrire quelque chose de spécifique dans la pièce et pas quelque chose de vieux qui pourrait correspondre à la même description ? Je m’y intéresse, mais c’est bizarre quand même. Si j’étais actuellement là, avec l’audience et je voyais cette pièce-là, je ne croirais pas que cette histoire était vraie qui s’est passée il y a longtemps. Quand Antigone parle de voir l’aube du matin, elle la décrit comme « une carte postale. » Oui, c’est vrai que ça ressemble à une carte postale, mais comment sait-elle ça ? Elle a vécue avant qu’il y ait des feuilles de papier en couleur de machines techniques. À la page 14, elle dit à la nourrice après qu’elle lui demande d’où elle venait, « de me promener, nourrice. C’était beau. Tout était gris. Maintenant, tu ne peux pas savoir, tout est déjà rose, jaune, vert. C’est devenu une carte postale. Il faut te lever plus tôt, nourrice, si tu veux voir un monde sans couleurs. » Je n’ai qu’une question à propos de cette description-là : à la place d’une carte postale, pourquoi est-ce qu’elle n’utilise pas une peinture ? Les peintures existaient à ce temps-là. Ça serait plus efficace.

Il y a une deuxième chose qui ne correspond pas à la pièce : c’est quand un garde commence à parler à Antigone à la page 109 pendant qu’il la prépare pour la mort, il lui parle d’une guerre qui s’est passée. De quelle guerre est-ce qu’il parle ? Nous ne savons pas mais les mots qu’il choisit d'utiliser ne sont pas du temps de la Grèce Ancienne. Il utilise des mots comme, « le sergent, » « la recrue, » et « le sergent de l’active. » Les choses comme celles-ci sont des choses de trop modernes. Les armées de la Grèce Ancienne avaient des noms des grades plus simples avant. Je ne suis pas exactement sûre des mots militaires, pourtant, je crois qu’ils étaient inventés beaucoup plus tard. Je pense que pour ajouter un peu d’humour à la pièce, Anouilh utilise ces mots-là.

La dernière chose que je veux mentionner c’est à la fin de la pièce, à la page 123. Les gardes jouent aux cartes après qu’ils ont fini leur travail avec Antigone. Je ne sais pas si les gardes de ce temps-là jouaient aux cartes régulièrement comme ça ou pas mais c’est drôle quand même---« Antigone et Hémon sont morts…jouons ensemble aux cartes ! » Ils agissent comme si la mort préparée d’Antigone n’avait jamais lieu. Personne n’est triste pour elle ou Hémon. Est-ce que les gardes ne doivent pas faire leur travail tout le temps et aussi travailler très dur pour le roi et pas jouer aux cartes ? Quand j’ai lu cette partie, j’ai pensé aux gardes des prisons d’aujourd’hui : toujours en train de manger ou jouer à quelque chose qui n’est pas sérieux, probablement les jeux de cartes. Pour moi, avec ces types d’humour, ces anachronismes, je ne pense pas à être sérieuse ; je pense à rire parce que tout est amusant. Si on enlève tous les anachronismes d’une pièce, puis on a une tragédie, bien sûr. Mais pour moi, ça ce n’est pas une tragédie.

 


 

Il y a un proverbe qui dit que chaque chose a une place correcte. Donc, chaque chose doit être dans sa place correcte. Cependant, dans Antigone, la pièce d’Anouilh, il y a des choses qui ne sont pas dans les places correctes.

Quand Antigone essaie de trouver une raison pour laquelle elle n’était pas dans son lit, elle dit qu’elle se promenait dans le jardin. Elle décrit le jardin comme une carte postale. D’abord on penserait que cet anachronisme est le plus bizarre. Qu’est-ce qu’une carte postale représente dans le monde d’Antigone ? Dans le monde d'aujourd’hui, des gens utilisent des cartes postales pour communiquer avec leur famille pendant qu’ils voyagent. Les cartes postales sont des liens à la famille. Il y a aussi la connotation de la sérénité. Des cartes postales sont souvent des images des beaux paysages : la plage, le coucher du soleil, une chute d’eau. Anouilh évoque les deux sens des cartes postales dans la scène avec Antigone.

Un autre anachronisme se présente au début de la pièce. Les gardes jouent aux cartes. Des cartes n’existent pas dans le monde d’Antigone. Cependant, ils peuvent représenter deux choses. Dans un moyen simple, des cartes représentent l’hiérarchie royale des personnages de la pièce. Tout le monde a un rôle à jouer dans le jeu: le roi, la reine, même le joker. Tous les personnages ont aussi un rôle qui doit être suivi dans la pièce. C’était un rôle qu’ils ne peuvent pas contrôler. Créon dit qu'il doit faire certaines choses à cause de son rôle comme le roi. Les cartes symbolisent aussi un jeu simple. Les gardes ne sont pas très intelligents, mais ils comprennent, comme tout le monde, les règles du jeu. Ils sont indifférents au sujet du résultat de leur jeu comme ils sont indifférents à la vie de la famille d’Antigone.

Les dernières choses qui ne sont pas dans une place correcte sont les cigarettes. Quand Antigone et Créon discutent les vrais types d'homme que les frères d’Antigone étaient, Créon a dit qu’Antigone a probablement admiré ses frères parce qu’ils étaient plus âgés. Elle a vu « leur premières cigarettes, leur premiers pantalons longs. » Cependant, les cigarettes n’existent pas dans le monde d’Antigone. Les cigarettes représentent une faiblesse parce que beaucoup de gens ont un penchant pour les cigarettes, et ils ont besoin de fumer. Aujourd’hui, beaucoup de gens fument pour se calmer, pour oublier les problèmes.

Tous les anachronismes qu’Anouilh utilisent sont des choses qui représentent la sérénité, une vie simple, ou la relaxation. C’est ironique parce que le monde d’Antigone est avalé dans un chaos. Les anachronismes fonctionnent pour montrer ce contraste. Ils font que le lecteur fait attention et met en valeur le reste de la conversation du personnage qui les a mentionnés.

 
Publicité
 
 
 
widgeo.net
 
 
Aujourd'hui sont déjà 97391 visiteurs
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=